Il était une fois...

C'est en 1935 que Catherine Iltis, dite "Tante Cath" et son époux Thiébaut Iltis achetèrent le Salzbach, qui n'était alors qu'une petite marcairie ; la plus grande des pièces contenait en tout et pour tout deux tables. Mis à part l'élevage de vaches, la ferme comptait aussi une petite porcherie...
Dès le retour de la belle saison, Catherine et Thiébaut rejoignaient les montagnes et passaient tout l'été dans leur marcairie. Mais il fallait descendre régulièrement au village, à Sondernach, soient 11 kilomètres à pied (environ 3 heures de marche) afin de se réapprovisionner et également pour vendre la production de fromage, de beurre... Généralement c'était la Tante Cath qui effectuait ce chemin, à pied ou avec le cheval attelé à la carriole une à deux fois par semaine, toujours chargée.

La ferme connut son premier agrandissement dans les années 60, la salle pouvait alors accueillir une quarantaine de personnes. Puis la ferme fut reprise par Jean-Martin Spenlé, un des neveux, avec l'indétrônable Tante Cath à la cuisine, la main à la pâte. Et peu à peu la ferme se modernisa, de l'éclairage aux lampes à pétrole (que l'on peut toujours admirer) à l'arrivée de l'électricité au début des années 80 !

 

En 1989, c'est la récompense pour tant d'années passées au service des autres, Tante Cath reçoit le Bretzel d'Or, catégorie gastronomie, son parrain n'est autre que Jean-Pierre Haeberlin de l'Auberge de l'Ill. Entourée de sa famille elle recevra cette distinction en compagnie de Germain Muller, à Strasbourg. On se dit alors qu'elle mérite enfin un peu de repos.

Mais la succession s'avère douloureuse, Jean-Martin décède et ce seront son frère Daniel et son épouse Françoise qui reprendront les rênes de l'auberge, en 1992, en conservant le fond de commerce. La ferme est vendue à Yvan Pierrez. Ce dernier, passionné par l'élevage continue la tradition de la transhumance. Aussi, dès le mois de mai c'est la montée vers les paturâges de son troupeau de vosgiennes, excellentes vaches laitières qui permettent de fabriquer le fromabretzelge de munster.

Daniel mis au chômage par son usine trouve son bonheur dans cette exploitation, c'est la bonne entente avec Yvan : il faut bien se transmettre les petits secrets de la fabrication du fromage ! Françoise, ancienne secrétaire n'hésite pas une seconde à reprendre le flambeau et à s'installer derrière les fourneaux. La Tante Cath n'est jamais très loin, elle n'hésite pas à passer avec de la famille ou des amis du village.

Mais le sort s'acharne contre le Salzbach, Daniel décède à son tour. Françoise ne se laisse pas abattre et continue à distraire les papilles gustatives des innombrables clients... Elle réussit même à insuffler un air nouveau à l'auberge : l'intérieur, tout en conservant son cachet, sert de salle d'exposition des oeuvres personnelles de Françoise et de celles de ses amis ! Une excellente combinaison d'art et de nature.

L'heure de la retraite ayant sonné pour Françoise, Martine et Yvan Pierrez reprennent le fond de commerce en 2011 pour vous accueillir avec des petits plats dignes de ceux préparés par leurs prédécesseurs.